Parcours

Qui suis qui?

(on rit d' abord et on verra après)

photo (4)

Quand j' avais 4 ans mon père m' a emmenée au cirque et à l' arrivée des clowns j ai hurlé, il a été obligé de me faire sortir …
15 ans plus tard je me trouve perdue dans la campagne Française, travaillant dans une crêperie (une deception amoureuse...) et une nuit je rêve d' enfants chauves..
Trois ans plus tard je fais une audition en Hollande pour une école de pantomime Rob van Reyn (incroyable  car j' étais très timide et voulais plustôt me lancer dans le dessin).

Depuis la boule a roulé… je me trouve à Paris, Ecole de cirque, puis Ecole Jaques LeCoq, la découverte de cultures différentes et un travail très juste sur le corps, l' observation de la vie et qu’est-ce qu' on en fait . J'y reviendrai en 1990 pour faire l' année pédagogique (Ecole LeCoq). Je joue avec plusieurs compagnies: tournées en France et à l' étranger .

En 1991 Caroline Simonds m' appelle pour être clown  à l' hôpital …. Je lui dis que cela me fait peur et que je suis trop sensible. Elle insiste: "Tu seras clown remplaçante"  ... ok ... Je fais mes premiers pas ... et très vite je suis tombée en amour avec ce métier. J' y suis encore d' ailleurs !
Le rêve a trouvé sa place …( vous suivez ?? le rêve des enfants chauves à 19 ans...)

L hôpital  et le clown

Rentrer dans une chambre, sentir le besoin du moment, rebondir là-dessus, pas trop en faire, être à l' écoute ...les plus beaux cadeaux sont les rires qui peuvent se trouver dans les yeux.
Ou même si un enfant est dans le coma, un coin de bouche qui rit ( ça arrive !!).

Ce sont des moments magiques.
Notre petit ego n' est pas important: on est là pour partager un petit moment, on amène un ailleurs.
C’est un travail qui nourrit.

L' enseignement

fridaportrait

Et puis je commence à enseigner le travail du clown.
Mes premiers pas sont au Samovar, à la demande de Franck Dinet. Le samovar se trouve encore dans la rue de Charonne. Je remplace Franck ... il y a beaucoup d' hommes, ils me testent , et ça passe. J' ai mes fiches, le trac , et je me rends compte que le savoir est là, même si ce n'est  pas moi qui ai la vérité.

La verité est à l'intérieur de chaque élève, les enseignants  ne sont que des guides, qui peuvent aider à ce que les portes s' ouvrent. Les portes vers l' enfant qui a le droit de s' amuser. La porte vers ses défauts, qui deviennent des qualités. Aller au cœur du noyau de cerise qui est tout doux à l' intérieur, et qui permettra de faire pousser de beaux  arbres, ceux qui se trouvent déjà à l' intérieur du noyau. On a tout cela à la naissance et par la suite on met toutes sortes de couches autour.Pour moi c est un grand plaisir de voir les couches tomber, de voir que les gens s' autorisent à s' amuser, se permettent de lâcher prise, osent être nul et en rient.

En plus c' est très bon pour les défenses immunitaires !
J' essaye du mieux possible d' emmener chaque personne vers ce chemin qui est particulier pour chacun.
Accepter qu' on est méticuleux ou prétentieux et s' amuser avec est un peu différent d être simplement "con" (compliment pour les clowns).

Le chemin est parfois un peu plus long quand on veut obtenir des résultats car.... il n' y a pas de résultat !
C' est un voyage sans fin, c'est pour cela qu'il est passionnant!
Et tout ce qu' on rencontre pendant le parcours, c' est cela qui nous intéresse .

Mes voyages

P1000702

J' ai eu de la chance de partir en tournée et de jouer à Singapour, (où j'ai également donné des masterclass), à Madagascar ( avec clowns sans frontières), à  New York ( échange avec le Clown Care unit et Clowns Sans Frontières) en Italie, Espagne, Allemagne, Danemark, Hollande, Brésil, Suède

Mise en scènes

DSC_0388 mise-en-scene

En .... J' ai crée ma compagnie Mine de rien  pour le spectacle Agitex dans " Trois fois tout " (Écriture collective")
La Compagnie a produit :"C' est pas donné " , spectacle solo par Frida
"Enfin tranquille "
" j attendrai" Et pour d autres cies:

Menu